Entrevue avec Victor Kessler

À 20 ans, l’expérience J.E. nous met face à la réalité du monde du travail

Victor Kessler, 31 ans, et Directeur Général d’ISDI France, organisme de formation officiel et agréé de Salesforce en France (ndlr : Salesforce est le leader mondial des outils de relation client).

ESC Rouen, Rouen Business School, NEOMA? Votre parcours

Je suis entré à l’ESC Rouen en 2008. J’ai suivi le Programme Grande Ecole de l’époque, et suis donc sorti de Rouen Business School diplômé fin 2011 ; le programme était de 3 ans et demi sans année de césure.

J’ai suivi en dernière année la majeure Contrôle de Gestion, Audit Interne et Management de la performance dirigée par Philippe Lafage. À l’école, je me suis investi bien sûr au sein d’Altéo Conseil, mais j’ai aussi participé à la création en 2009 de l’antenne d’Amnesty International.

Et après ?

À ma sortie d’école en décembre 2011, j’ai débuté ma carrière en tant qu’ingénieur commercial sédentaire dans une grande entreprise informatique américaine, rachetée en 2016 par Dell (plus gros rachat de l’histoire de la tech). En 5 ans, j’ai occupé différentes positions jusqu’à être ingénieur commercial spécialisé sur le secteur public.

En 2017, je suis arrivé chez Salesforce en tant qu’Account Executive en charge des organismes paritaires de la formation professionnelle, et j’ai rejoint ISDI en 2019 (business school espagnole spécialisée dans les métiers du digital) pour monter leur filiale française et participer au développement de l’écosystème Salesforce en France. L’entreprise participera d’ailleurs à la création de 154 000 emplois d’ici 2024 en France.

Parlez-nous de votre mandat à Altéo Conseil ?

J’ai été Vice-Président Qualité au sein du mandat 2009-2010 de Jean Conquer, un poste qui comportait son lot de challenges et surtout sa charge de travail ! Cela remonte et je n’ai pas en tête tous les projets que nous avons menés !

Je me souviens que nous avons poursuivi l’étude ExxonMobil qui était aussi complexe que passionnante. Nous avons aussi démarré sous l’impulsion de Jean l’étude BHV, qui avait la particularité d’être pour partie sous-traitée à la J.E. d’HEC. Il me semble que BHV était devenu à l’époque le plus gros client d’Altéo.

Au cours de mon mandat, j’ai aussi fait une erreur qui m’a beaucoup appris, en démarrant une étude sans Avant-Projet signé suite à un excès de confiance avec le client. Le client a finalement accepté de le signer mais nous avons dû également signer un avenant nettement inférieur afin de rendre l’étude quali et surtout de payer les étudiants qui avaient commencé à travailler sur l’étude.

En termes de CA, nous voulions atteindre 100 k€, pour reprendre l’objectif d’Oriane Perryman-Holt du mandant précédent. A-t-il été atteint un jour ? Vous le savez probablement mieux que moi.

Votre expérience J.E. ? Qu’avez-vous fait pendant celle-ci au sein d’Altéo ? Que vous a-t-elle apporté ? A-t-elle été favorable à votre insertion dans le monde professionnel ?

Ce dont je suis convaincu, c’est que l’expérience J.E. forge notre carrière professionnelle. Elle nous rend plus mature et nous prépare mieux à nos stages et à nos premiers postes. À 20 ans, l’expérience J.E. nous met face à la réalité du monde du travail et face à des clients qui paient et qui exigent donc un service et surtout une certaine qualité de service en échange. L’expérience J.E. est d’ailleurs si marquante qu’on s’y fait des amis, certains des amours, et que ce sont des amitiés qui restent et perdurent.

Cela résonne d’autant plus alors que j’écris ces réponses en pensant très fort à mon ami Julien Gubiani, Vice-Président Activité 2008-2009. Julien, qui vient malheureusement de nous quitter a été mon mentor à la J.E. et était devenu un ami cher et fidèle. Nous avons tous eu chez Altéo un mentor du mandat précédent qui nous a transmis, qui nous a appris. Et qui nous a surtout inspiré. Julien avait eu son mentor, et avait été mentor à son tour.

Et Altéo c’est cela : des mentors qui deviennent des amis et qui nous préparent à ce qu’est un client, un service, une relation-client fournisseur, à ce que sont des collaborateurs (les étudiants que nous recrutons pour les études), et aussi des conflits internes…

 […] je suis convaincu que l’échange, le partage et le retour d’expérience ne peut que nous faire progresser tous ensemble […]

Comment et pourquoi avez-vous décidé de vous impliquer dans le réseau alumni d’Altéo ?

Dirigeant moi-même une entreprise spécialisée dans la transmission des compétences, je suis convaincu que l’échange, le partage et le retour d’expérience ne peut que nous faire progresser tous ensemble. Alors si je peux, humblement, être à la disposition des étudiants d’Altéo et de NEOMA, pour répondre à leurs questions, partager mon expérience professionnelle, leur donner mon avis et aider à faire progresser Altéo, alors je le fais avec plaisir.

Quel conseil donneriez-vous aux futures recrues de la cuvée 2020?

Je ne suis pas certain d’avoir un conseil en particulier. Altéo est une belle expérience, professionnelle et avant tout humaine. Alors « make the most of it » comme disent les anglais ! Prenez du recul, et construisez-y de belles et sincères amitiés…C’est ce qui, 10 ans plus tard, vous restera le plus cher.

Je ne peux donc terminer sans une pensée à Julien, avec lequel j’avais construit, je crois, une de ces amitiés, et ce grâce à Altéo…

Entrevue réalisée par Lou Pouvreau et Juliette Raoul-Duval, respectivement Sécrétaire Générale et Community Manager