Bilan de l’économie normande en 2019 :

une année marquée par un net regain d’activité mais fragilisée par la crise du Coronavirus. (3/5)

Temps de lecture : 5 minutes

Synthèse générale de la région Normande

En 2019, la Normandie a connu une année marquée par un surcroît d’activité dans la continuité de la pente ascendante initiée depuis 2017.

Paradoxalement, à l’échelle nationale, compte-tenu du contexte incertain lié notamment au Brexit ou à la guerre commerciale sino-américaine, l’économie globale de la France a connu une décélération (+1,5% en 2019 contre 1,8% en 2018). Néanmoins, la dégradation de la balance commerciale a été en partie absorbée par le dynamisme des dépenses de consommation et d’investissement privé et public.

Concernant le regain d’activité économique en Normandie, il est imputable à différents facteurs déterminants.

  • Tout d’abord, l’emploi salarié s’est considérablement accru en 2019 avec plus de 6 400 emplois créés (+0,5% par rapport à 2018). Cette augmentation tient son explication dans le dynamisme du secteur de la construction, de l’agriculture et de l’industrie. Aujourd’hui en Normandie, sont comptés près de 1 170 700 emplois. En outre, c’est dans la Manche que l’emploi salarié est le plus dynamique, comme l’illustre le graphique ci-dessous concernant le taux de chômage.

Source : INSEE

  • Un autre facteur expliquant ce rebond d’activité est la forte activité de l’industrie normande. Effectivement, la Normandie est une terre industrielle, puisque cette dernière représente 21% de l’activité normande. Le secteur le plus représenté concerne le raffinage et la fabrication de matériels de transport. Véritable moteur économique, ce secteur d’activité tire l’emploi en Normandie et près de 200 000 emplois y sont pourvus en 2019. Cette année est marquée par une industrie en progression suite à un rebond dans l’agroalimentaire et un dynamisme toujours présent dans la fabrication de matériels de transport. L’agriculture a connu notamment cette année d’excellents rendements de blé et une demande mondiale forte, malgré un climat austère. Concernant le transport, le trafic portuaire s’est infléchi de 4,6% sur l’année, passant à 96,4 millions de tonnes. Cette baisse est liée à l’activité du port du Havre en pleine restructuration (arrêt de raffineries et fermeture prochaine de la centrale thermique). Toutefois, il est à noter que les transports fluviaux de marchandises croissent sur le bassin de la Seine, et le port de Rouen enregistre une hausse du trafic de 1,7%.
  • L’activité normande de 2019 a été également portée par un accroissement de la fréquentation touristique (6,5 millions de visiteurs en 2019) dû notamment aux nombreux évènements organisés comme l’Armada, le 75e anniversaire de la bataille de Normandie ou encore la coupe du monde de football féminine.
  • Enfin, 2019 est une année record en termes de création d’entreprises dans la région : une hausse de plus de 20% avec plus de 26 700 entreprises créées, notamment dans le secteur de l’industrie.

 

Malheureusement, ce rebond d’activité a été fragilisé par la crise du coronavirus. L’économie de la Normandie a été particulièrement touchée par le recul de l’industrie nationale de l’ordre de 38%. La diminution des services marchands suite au confinement explique la moitié de la baisse d’activité totale de la région. La construction, avec l’arrêt parfois total des chantiers, ainsi que le secteur de l’hôtellerie-restauration, ont très largement souffert du virus. Ainsi, près de 600 000 normands salariés exercent un métier « très fortement impacté » par la baisse d’activité, et une augmentation de plus de 18 000 demandeurs d’emplois a été enregistrée en mars et avril 2019.

En définitive, la Normandie aurait subi une baisse d’activité de l’ordre de 32%. L’industrie quant à elle, témoigne 8 points de baisse d’activité dans la région.

 

Concernant les prévisions économiques à venir, il nous paraît intéressant de dresser les différents scénarii envisagés par les autorités institutionnelles, ne serait-ce que pour anticiper un rebond ou encore contrer un ralentissement économique.

 

Comme mentionné dans cet article, la Normandie est un fleuron de l’industrie française qui réalise de nombreuses exportations. Il apparaît donc essentiel de rendre compte des prévisions mondiales, nationales et régionales en matière économique.

L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) a annoncé que la contraction du commerce international sera probablement supérieure à la contraction du commerce causée par la crise financière mondiale de 2008-2009, avec notamment -18,5% au 1er semestre 2020. Pour le FMI, la chute du PIB mondial serait de 4,9%, résultats en concomitance avec une diminution nette des échanges de marchandises entre pays.

 

À l’échelle nationale, le ralentissement des exportations a concerné les produits manufacturés, notamment les matériels de transport, ainsi que les services. La crise du coronavirus a particulièrement affecté l’industrie, due notamment à des difficultés d’approvisionnement, un manque de main d’œuvre du fait du confinement ou encore des difficultés à mettre en place les mesures sanitaires sur les sites de production.

Un plan d’urgence a néanmoins été mis en place par le gouvernement français afin de soutenir les industries, les commerces de proximités, l’artisanat et les indépendants. Différentes mesures ont également été prises pour relancer l’industrie automobile, le secteur du bâtiment, le tourisme et les entreprises technologiques. Selon le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, les estimations pour la fin de l’année sont de -6% d’activité fin décembre pour les industriels, et ce n’est qu’à partir de mi-2022 que nous retrouverions le niveau d’activité d’avant crise. Toutefois, la Banque de France estime un rebond d’activité de 7% en 2021 puis 4% en 2022. Cette relance sera conditionnée notamment par une amélioration du contexte sanitaire, des mesures publiques efficaces et massives et par un soutien à la consommation des ménages.

 

Régionalement, il est important de prendre en considération ces différentes informations afin d’organiser au mieux la relance économique de nos entreprises. Relancer le processus économique en Normandie passe essentiellement par une contribution publique mais aussi et surtout par un soutien mutuel des entreprises en cette période complexe.

Altéo Conseil peut vous aider dans vos démarches suite à la crise du Covid-19 :

  • Analyse de l’impact de la crise sur votre chiffre d’affaires : quel secteur a le plus souffert ? Pourquoi ?
  • Plan d’action pour la relance de votre entreprise : Comment organiser la reprise efficacement et rapidement ?
  • Développement commercial : recherche et analyse des opportunités afin de retrouver le plus rapidement l’ascendant sur ses concurrents
  • Webmarketing : Accompagnement dans votre transition digitale suite à cette crise sanitaire
  • Suivi managérial des conséquences du Covid-19 : télétravail et gestion des clients à distance

Se projeter dans l’avenir en cette période est complexe, mais l’anticipation devrait être un moteur pour les dirigeants de PME/TPE, surtout dans l’industrie. De grandes vagues de restructuration vont très probablement intervenir dans notre tissu industriel, de multiples sous-traitants vont se retrouver en difficulté face à cette situation inédite. Pour relancer les affaires, les chefs d’entreprises doivent rester agiles, ne pas hésiter à investir et innover dans de nouvelles pratiques, et à cet effet pourquoi ne pas réfléchir à certaines pistes comme le développement à l’export, le groupement d’entreprises, la mutualisation des forces de vente, l’externalisation des compétences. Altéo Conseil peut vous accompagner dans ces démarches afin de vous épauler dans ce contexte particulier.

Ne laissez pas le hasard décider pour vous.

Source : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4476018

Paul CAMBLAIN, Vice-Président Développement Commercial

NOUS CONTACTER

Boulevard André Siegfried, B.P. 215
76825 Mont-Saint-Aignan

02.76.00.06.86
infos@alteo-conseil.com

logo_maintenance_alteo_conseil_neoma_rouen_junior_entreprise